Les mottes castrales

Les deux mottes castrales, situées dans un secteur appelé "Las Tours", correspondent au plus ancien emplacement de Bridiers, chef-lieu d’ une importante châtellenie médiévale. On les surnome les "tumulus de Bridiers" mais elles n'ont en fait rien à voir avec des tertres funéraires de l'antiquité ou tumulus.

Le château de Bridiers est cité par le chroniqueur Geoffroy de Vigeois vers 1140. Le “Castrum” évoqueé alors n’est autre qu’une tour sur motte, c’est à dire la forme la plus ancienne du château, apparue au cours du 10e siècle et largement répandue en France comme dans l’Europe entière du 11e au 12e siècle. On ignore encore à quel moment les mottes castrales furent abandonnées définitivement pour le château de Bridiers. Il est possible que le château et les mottes, pouvant faire office de défenses complémentaires, aient été occupés simultanément durant une période de temps difficile à estimer.

Les inventaires archéologiques distinguent cinq éléments situés à quelques centaines de mètres à l'Est du château : deux tertres, un enclos (ou basse-cour), et deux lignes de défense. A l’est, un premier ensemble est composé d’une motte et d’une basse-cour défendues par un large fossé, lui-même renforcé par un rempart ou un talus. La motte, de forme ovalaire, atteint une hauteur de 7 à 8 m. La plate-forme sommitale mesure 5 m sur 15 m tandis que la base de la motte mesure 45 m sur 35 à 40 m. Attenant directement au pied du flanc occidental de la motte, la basse-cour, un replat plus ou moins rectangulaire, se développe sur une longueur variant entre 50 et 70 m et sur une largeur d’ environs 35 m. Sa hauteur oscille du sud au nord de 4 à 6 m. Elle supporte aujourd’hui une ferme et des bâtiments agricoles. L’ensemble est défendu par un fossé, large de 10 à 15 m, renforcé par un rempart d’ environs 3 m de large, bien conservé dans sa partie septentrionale. A l’origine ce fossé devait être rempli d’eau, alimenté par une source captée et maçonnée, se trouvant au pied du talus du rempart. A l’ouest, contigu au premier ensemble, un second ensemble est constitué d’une motte et d’une ligne de défense. Cette motte a une forme plus circulaire et atteint une hauteur de 10 m. Le diamètre à son sommet est d’une vingtaine de mètres, alors que celui de la base mesure environs 60 m. La défense en est assurée par deux fossés concentriques d’une dizaine de mètre en largeur, séparés par un rempart intermédiaire de 5 m de large. Conservé au nord, à l’est et au sud-est, ce rempart est, dans sa partie orientale, commun au deux ensembles fortifiés.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Bridiers_Motte1p Bridiers_Motte2p

 

 

Bridiers_Motte3p Bridiers_Motte4p

 

 

Bridiers_CP10p